24 mars : vais-je trouver mon leader ?

On est soi-disant entré dans la campagne officielle, je dis soi-disant car je n’ai toujours pas vu un spot de campagne. Mon initiation politique date des années 1980 et la seule chose dont je me souvienne ce sont ces spots, comme une litanie, car avec 3 chaines de télé on finissait par les connaître par cœur et certains semblaient réservés à des heures tardives comme si l’adolescente que j’étais vivait une transgression en écoutant Laguiller. Alors pourquoi n’en n’ai-je vu aucun pour l’instant : trop de chaînes ? Sont-elles toutes astreintes aux mêmes règles ?

Bon il faut dire que l’on a été bombardé par les évènements de ce début de semaine et que j’ai peu regardé la télé ces dernières heures. Hier soir, un dîner chez des amis a encore agrémenté ma stupéfaction. Après avoir voté écolo, puis Modem, mes amis vont voter Front de gauche. Ils sont pris dans la spirale de l’agitation. Ils avaient certes suivi avec attention ces derniers temps le mouvement des indignés, mais sont-ils très à l’aise avec l’idée de voter communiste ? Mince on a quand même été élevé avant la chute du mur, en pleine guerre froide. Ces amis sont emblématique, à mon avis, d’une génération qui cherche le changement à tout pris, non pas par une idéologie, c’est trop XXe siècle, mais grâce à un leader charismatique ; après Cohn Bendit, Bayrou puis Mélenchon, une tête nouvelle, représentative d’une autre façon de faire de la politique, voilà l’avenir. Toujours ce paradoxe de l’élection du président au suffrage universel.

J’ai discuté également récemment avec une personne qui n’a pas voté Sarkozy en 2007, mais qui le fera cette année pour faire la nique aux médias qui s’acharnent sur lui ! Plus sérieusement il pense qu’il a bien géré la crise. Pauvres Grecs, s’ils entendaient cela. Mais cela prouve qu’on s’intéresse d’abord à l’homme, à l’être.

Hier un autre couple jouait ainsi la carte du « tout sauf Sarkozy » et du vote utile, donc Hollande, même s’ils ne sont pas emballés. C’est le personnage Sarkozy, ses prises de parole (Dakar, le « casse toi pauv’con », les Roms) qu’ils ont en répulsion, non pas son bilan en soi. Je pense que son côté candidat des riches explique également le succès de Mélenchon par rapport à celui d’Hollande. L’UMP ne se ronge-t-elle pas de l’intérieur pour ne pas avoir pu présenter un autre candidat. Fillon serait passé à mon avis. Mais revenons à la vraie vie.

Un air de printemps ce matin : petit tour au marché sous le soleil et pour ce blog je me suis dit : enfin des tracts à lire. « Seulement voilà » (clin d’œil aux années 1990), je suis dans un fief socialiste, donc je n’ai eu que celui d’Hollande ! Je suis déçue, que font les autres ? Je me contente de ce que j’ai et je feuillette ce programme. Première surprise : un fond bleu !!! On dirait un candidat de droite sur cette photo. Je découvre qu’il y a des formules chocs : taxe générale sur les transactions financières, remboursement des aides publiques pour les entreprises qui délocalisent, droit à l’adoption pour les couples homosexuels, encadrement des loyers, limites des frais bancaires, voilà quelques mesures que je n’avais pas relevées pour Hollande jusqu’à présent, problème de communication ? Il est quand même sur le terrain depuis de nombreux mois. En revanche rien sur le cumul des mandats et peu de choses sur l’écologie, descendre de 75 à 50 % d’énergie nucléaire en 2025, cela me semble peu et surtout la priorité n’est-elle pas de sécuriser nos centrales face aux actions terroristes ou aux catastrophes naturelles ?

La position de l’écologie dans cette campagne me dépasse. Je ne comprends toujours pas pourquoi ils ont négocié leur place aux législatives dès cet automne, c’est ridicule. Pourquoi présenter un candidat quand on s’allie avec un parti pour les élections qui suivront ? Que feront les socialistes s’ils doivent faire aussi des listes avec le Front de gauche ? Quid de Lepage ??? Toujours pas de nouvelles ! Pauvre Joly envoyée au casse-pipe. D’après la discussion d’hier soir, il paraît que l’écologie trouve son avenir dans le programme de Mélenchon, c’est l’occasion de tester le site de débat de Libé… Résultat décevant pour Mélenchon : un référendum sur la sortie du nucléaire, quand Joly et Hollande proposent un calendrier ; une taxe pour réduire les transports de marchandises évitables, j’approuve ; une tarification progressive de l’eau et de l’énergie, exactement comme Hollande. Pas de quoi rallier tous les écolos, à moins que le débat de Libé montre là ses limites.

Alors suivre un leader sans voir dans le détail ses propositions ? Je ne pense pas, mais je comprends les Français, il est très difficile d’imaginer notre avenir pour 5 ans, c’est trop complexe, et cela reste des promesses de campagne. Choisir un leader est-ce la solution ? Je ne peux m’empêcher de penser à mon pauvre père qui avait voté Sarkozy plein de convictions, enthousiaste pour l’homme qui avait le même franc-parler que lui, et qui avait déchanté dès les jours suivants entre le Fouquet’s, le Yacht de Bolloré et les vacances chez Bush. Quel leader aurait-il choisi cette année ?

Partager sur :

    24 mars 2012

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    *

    Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>