13 avril : hors-jeu collectif en IIe mi-temps

Dois-je vraiment, comme annoncé hier, écrire sur la seconde mi-temps de Des paroles et des actes ? Je vais le faire car, pour la bonne cause de l’indécision, je l’ai regardée, et jusqu’au bout, mais quelle désolation ! L’audience a été un peu meilleure, parce que TF1 a joué une carte légèrement inférieure par rapport à mercredi, mais ce que j’aimerais savoir c’est : combien ont décroché ? Moi sincèrement à partir de Cheminade je n’ai écouté que d’une vague oreille pour ensuite me réveiller avec Mélenchon. Par rapport à mon pronostique d’hier je me suis trompée sur l’ordre de passage, donc si on fait le parallèle entre les deux émissions on a : Bayrou/ Dupont-Aignan ; Cheminade/ Joly ; Hollande/ Sarkozy ; Arthaud/ Le Pen et Mélenchon/ Poutou. Sincèrement c’est un coup dur pour Bayrou, Joly et Mélenchon ! Car ce n’était pas un tirage au sort : les mieux servis ont été les deux favoris.

Bayrou n’a pas été interrogé sur la moralisation de la vie politique, mais sur son « made in France » et ses économies publiques. Je me dis que ses propositions sont tellement de bon sens, comme par exemple éviter le gaspillage des fins d’année dans la fonction publique, qu’elles peuvent être reprises par les deux candidats sans pour autant s’allier avec lui pour gouverner. Il a fait un petit buzz sur la reconnaissance de l’homoparentalité, lui le plus catho des 10, et sa volonté de reconnaître le vote blanc pourrait lui attirer la sympathie de quelques abstentionnistes. Il termine par son souhait d’être le conducteur de bus de nos enfants, une image forte, certes, mais ça m’a mise mal à l’aise cette utilisation de la mort d’enfants, à laquelle on a pensée, pour un slogan politique.

La suite ? Une calamité. Les journalistes ont agressé les candidats sur leurs élucubrations (Cheminade et l’espace, Arthaud et la dictature du prolétariat, la prison pour ceux qui ne respectent pas la parité, la révolution internationale, les camps de concentration et Gaza), leurs contradictions (Marchais et l’immigration, le culte de sa personne, les salaires des artistes pour Mélenchon) ou leurs faiblesses (les affaires dénoncées par Joly, le Financial Times qui donne raison à Hollande et la laïcité pour Sarkozy).

Je termine par les invités « surprise » de la seconde mi-temps :

-    Juppé et Le Figaro : la sempiternelle question « Bayrou vous faites quoi entre les 2 tours ? »

-    Le FT (comprenez Financial Times) et Joly : l’ennemi et l’objet du mépris de Sarkozy

-   Omar Sy et ses 200 000 euros par mois qu’il pourra défiscaliser : après Hollande, Mélenchon rassure les artistes !

Cette tribune publique a été dans l’ensemble très démago, sauf pour Hollande, qui s’en sort avec une nette progression dans les sondages et sûrement dans le cœur des indécis de gauche. Mélenchon est apparu plus consensuel, ce qui est une bonne tactique, la révolution il la garde pour les partisans qui se déplacent dans la rue, pour ceux qui sont dans leur canapé, mieux vaut adoucir la pente. Donc victoire finale à gauche ? En fait j’ai du mal à évaluer l’impact de Le Pen, car je ne suis pas le bon public. Emission utile ? Oui dans le principe mais décevante dans la forme, elle ouvre surtout des perspectives médiatiques pour les futures présidentielles. D’ici là j’écouterai Mots croisés, à 23h, avec les seconds couteaux, mais sûrement plus intéressante !

Partager sur :

    13 avril 2012

    Une réponse à 13 avril : hors-jeu collectif en IIe mi-temps

    1. Pingback: 08-10 mai : derniers mots, je vais « disparaître ici »… | Citoyenne Indécise

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    *

    Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>